Visionnez le documentaire


Mystères des châteaux du Forez

écoutez le podcast

Une « Courte dose de patrimoine » hors-série puisqu’elle ne traite, ni d’un monument, ni d’une anecdote… mais d’une œuvre cinématographique intitulée « Mystères des châteaux du Forez » et réalisée par Dominique Dozolme.
Raconter l’histoire des châteaux, c’est aussi parcourir notre Histoire.
Le sujet a intrigué Dominique Dozolme qui, depuis déjà quelques années, réalise des documentaires sur notre beau territoire :

> « Si le Forez m’était conté » en 2014,

> « Du Mont Gerbier De Jonc Au Pays Roannais… La Loire » en 2019…

Alors avant la diffusion de ce documentaire fiction, vendredi 18 décembre à 20h50 sur TL7, Dominique a gentiment accepté de nous le présenter…

Dominique, vous avez travaillé tout au long de l’année 2020 à la préparation d’un documentaire-fiction intitulé « Mystères des châteaux du Forez ». Comment l’idée vous est-elle venue ?

DD. Je me suis rendu compte, au fil des tournages, que j’aimais beaucoup filmer des vieilles pierres. Les châteaux, les maisons, c’est beau à filmer et c’est beau à regarder. Puis je suis tombé amoureux de quelques châteaux et je me suis dit qu’il serait intéressant de raconter leur histoire, voir ce qu’ils ont vécu… Certains datent du moyen-âge et ont traversé les siècles. Il a dû s’en passer des choses entre ces murs…

Donc point de départ : les vieilles pierres, les châteaux du Forez. Et on est plutôt bien fourni en belles demeures et beaux châteaux dans le Forez. Quelle est l’étape suivante, une fois qu’on a identifié les châteaux, comment compose-t-on le scénario d’un documentaire-fiction ?

DD. Sur ce film-là, j’avais envie de faire des fictions. C’est à dire reconstituer certaines scènes que l’on verrait à l’écran. On a travaillé sur des fictions avec Anne-Christine Ferrand du Pays d’art et d’histoire du Forez. Elle m’a présenté les châteaux qui lui paraissaient les plus intéressants et dans lesquels on pourrait introduire le plus de fictions possibles. Elle m’a orienté par exemple sur Montrond-les-Bains « ce serait bien que là tu parles de la Révolution Française puisque c’est à ce moment-là que le château a été détruit ». Elle me dit aussi « si tu veux faire une fiction sur les Tard-Venus, sur la Guerre de Cent ans, dirige-toi plutôt sur Saint-Bonnet-le-Château ». Donc petit à petit, on a construit l’histoire de ces châteaux et on a essayé de les mettre dans un ordre qui, sans être chronologique, permet quand même malgré tout de partir d’assez loin, du Moyen-Âge, pour arriver jusqu’à aujourd’hui où on raconte par exemple l’histoire du château de Magneux-Haute-Rive qui accueille des mariages pour montrer qu’un château doit vivre époque par époque.

Donc vous identifiez les châteaux, vous identifiez les scènes de fiction qu’il va falloir créer et mettre en place. Et j’imagine qu’il a fallu que vous vous entouriez d’une équipe assez conséquente.

DD. Là aussi j’ai eu beaucoup de chance. J’ai travaillé avec Anne-Christine Ferrand et les équipes de guides conférenciers du Pays d’art et d’histoire et de l’Office de Tourisme qui connaissent bien tous ces châteaux. Donc j’ai pu avoir plusieurs intervenants qui me racontent ce qu’il s’est passé à Essalois et Chambles, à Vaugirard, à Chalmazel, à Couzan, etc… donc c’était le rêve pour moi.

Et après vous avez fait appel à des figurants ?

DD. Il y a une centaine de bénévoles qui ont travaillé sur ce film, ce qui est assez énorme. Chacun a joué le jeu. Il y a des comédiens assez confirmés qui viennent là faire une petite intervention rien que pour être sympathique. Vraiment, j’ai adoré travailler avec tous ces gens. Le tournage est allé assez vite parce que j’avais la chance aussi d’avoir à mes côtés un copain d’enfance, Stéphane Bel. On était à l’école ensemble et on a commencé le cinéma ensemble. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas tourné ensemble. Il est venu m’aider sur le tournage des fictions, il était régisseur, il m’a apporté énormément parce qu’il préparait tout. J’avais juste à arriver et poser ma caméra… il avait déjà réglé les projecteurs… c’était paradisiaque. Ç’a été vraiment pour moi, l’un des plus beaux souvenirs du tournage. Ce film s’est déroulé sans accroc. Alors qu’on était en plein COVID-19, qu’on n’avait pas d’argent… malgré tout cela, tout s’est bien déroulé… j’ai rencontré plein de gens vraiment passionnants sur ce film. J’ai adoré.

Un choix aussi large de costumes qui couvre toutes les époques de notre histoire, comment avez-vous fait pour trouver tous ces costumes qui, d’autant plus, sont de très belle qualité ?

DD. Dans un premier temps, on a cherché des locations de costumes et ils étaient tous fermés à cause de la COVID-19. Donc on a loué des costumes à Saint-Symphorien-sur-Coise, ils ont ouvert rien que pour nous. On est allé, avec mon épouse, sur place voir ce qu’il y avait comme costume alors que je n’avais pas encore écrit les fictions. Je savais vaguement de quoi on allait parler donc j’ai pris un peu du Louis XIV, un peu du François Ier, un peu du Henri IV, sans connaître encore les tailles des figurants. Il fallait ensuite que l’on trouve des comédiens qui rentrent dans les costumes. Heureusement, je connais pas mal de gens et le bouche à oreille a fonctionné, on a pu s’en sortir. C’est ma femme qui a géré tous les costumes et je peux vous dire que c’est un boulot de fou, de titan… étiqueter, mettre les noms, le personnage, quel accessoire va avec quel costume…
J’ai également travaillé avec deux personnes, avec qui j’avais déjà travaillé sur le Forez. Quand ils ont su que je préparais ce film, ils m’ont dit « on veut bien repartir avec toi ». Ils font la fête Renaissance du Roi de l’oiseau au Puy-en-Velay, ils ont donc des costumes magnifiques. Ils connaissaient aussi plein d’autres participants qui ont aussi plein de costumes. Il y a une autre association qui s’appelle « L’édit de Roussillon ». Quand ils ont su qu’on tournait un film, ils ont aussi voulu participer. Ils sont 60, je ne pouvais pas tous les accueillir, on était limité en nombre à cause de la COVID, mais ils sont venus à 20. L’association de Montrond-les-Bains m’a aussi prêté des costumes, ils ont pas mal de costumes médiévaux et renaissance. Avec tous ces costumes j’ai pu gérer comme il faut les fictions.

Dominique, est-ce qu’en parcourant ces châteaux du Forez, ces paysages et en découvrant une multitude d’histoires… est-ce que vous avez appris des choses ?

DD. J’ai découvert plein de choses. Parce qu’à chaque fois qu’il y avait des intervenants et qu’ils parlaient, j’apprenais mille choses que je n’avais pas prévu au départ. Leur culture était tellement énorme que j’apprenais en permanence. Quand j’ai monté la première version du film, j’avais 1h30 de film… il fallait que je redescende à 52 min. Donc je coupais, je coupais, je coupais… tout en me disant « non, ça, tu ne peux pas couper… ». C’est vrai que le film est super dense parce qu’on apprend beaucoup. Enfin moi, j’ai appris beaucoup de choses…

Dominique, où peut-on visionner ce documentaire ?

DD. Le film sera multi-diffusé sur TL7. La première diffusion est programmée vendredi 18 décembre à 20h50. Il sera aussi diffusé sur Facebook en même temps. Et à la fin de la diffusion du film, les gens pourront nous rejoindre sur le Facebook de TL7 nous poser des questions et j’y répondrai en direct.

Merci beaucoup Dominique.
On vous souhaite une belle réussite et un beau succès pour « Les mystères des Châteaux du Forez ».

Retrouvez les guides conférenciers du Pays d’art et d’histoire et de l’Office de Tourisme Loire Forez dans le documentaire-fiction « Mystères des châteaux du Forez » vendredi 18 décembre à 20h50 sur TL7.

Regardez TL7 sur : TNT : 31 /// Free : 30 & 933 /// Orange : 30 & 384
Bouygues : 314 /// SFR : 478 /// Nordnet : 134 /// Sosh : 384

La bande annonce…

Découvrez la bande-annonce du film

Retrouvez toutes les “Courtes doses de Patrimoine en Loire Forez

CLIQUEZ ICI
Facebook icon Instagram icon Twitter icon Website icon Email icon

Copyright (C) *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*. All rights reserved.

*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|**|LIST:DESCRIPTION|**|END:IF|*

*|IFNOT:ARCHIVE_PAGE|**|HTML:LIST_ADDRESS_HTML|**|END:IF|*

mettre à jour vos préférences vos préférences | vous désinscrire de la liste

*|IF:REWARDS|* *|HTML:REWARDS|* *|END:IF|*

MESURES SANITAIRES EN VIGUEUR POUR LES VISITES GUIDEES & ANIMATIONS

Port du masque obligatoire dans les espaces intérieurs.

Le "Pass Sanitaire" est obligatoire pour les personnes de 18 ans et plus, pour toutes les visites guidées et animations.

Pour rappel, un pass sanitaire valide correspond :

– un schéma vaccinal complet terminé il y a au moins 7 jours

– un test PCR de moins de 72h

– un résultat COVID positif il y a au moins 11 jours et moins de 6 mois.


Office de Tourisme Loire Forez +33 (0)4 77 96 08 69



Soyez connecté(e)s avec votre territoire ! Rejoignez les Clefs de Loire Forez...