Marols

Village de caractère en Loire Forez

Marols
©Vuthéara

Visite guidée à Marols

Nous vous invitons à profiter d'une pause détente au calme dans le beau village de caractère de Marols. Un peu de hauteur, à 835 mètres d'altitude pour admirer les paysages environnants surplombés d'un étrange clocher fortifié. Les guides de l'Office de Tourisme Loire Forez vous accompagnent dans le charme des rues pavées.


Agenda

Les jeudis à 14h30

> Poursuivez à 16h30 avec la visite de Montarcher.

Vacances de printemps

13 avril

Vacances d'été

20 juillet

17 août

 



Infos pratiques

Tarif plein 5€, tarif réduit 4,50€, tarif privilège 4€, gratuit moins de 12 ans 

 

Rendez-vous : parking à l'entrée du village "jardin d'accueil"

 

DÉPART ASSURÉ


VISITES EN GROUPES

Vous êtes une association, une école, une entreprise, un groupe d'amis... et vous souhaitez organiser une visite ?

 

Une offre spécifique est réservée aux groupes (à partir de 10 pers.)*

 

> EFFECTUEZ UNE DEMANDE

*Tarifs sur devis


Quel caractère à Marols !

> LES ORIGINES

Marols

C’est au Moyen-âge et grâce à la proximité de la voie Bolène que le village de Marols s’est développé. La voie Bolène est une route romaine qui reliait Lyon à Toulouse en passant par le Forez. Puis, au Moyen-âge, cette voie devient le Grand Chemin de Forez emprunté par les marchands et pèlerins allant vers le Puy-en-Velay. Marols est riche de bois, de terres agricoles et d’hommes. Le lieu est ainsi choisi par les moines du prieuré de Saint-Romain-le-Puy pour y édifier un petit prieuré autour du XIème siècle. 

Marols
© Vuthéara

Ce petit prieuré est d’abord tourné vers une vie religieuse simple ainsi que la valorisation des ressources agricoles. Marols commence alors à se développer. Le village connait la prospérité aux XIIème siècles et XIIIème siècles. Cependant, le XIVème siècle est marqué par la Peste Noire qui se répend dans la région de Saint-Bonnet-le-Château en 1348. La Guerre de Cent Ans opposant le roi de France au Roi d’Angleterre provoque elle aussi de nombreux désagréments. Le village et l’église (à défaut de la présence d'un château) sont fortifiés afin de se défendre des pillages. Mais ces fortifications n'empêchent pas les troupes protestantes dirigées par le Baron des Adrets de  ravager et incendier les maisons du village au XVIème siècle, en pleine guerre de religion.

 

> L'EGLISE

Tour fortifiée - Eglise de Marols

On la repère de loin avec ses deux tours élancées...

Les moines du prieuré de Saint-Romain-le-Puy auraient bâtit une petite chapelle romane à leur arrivée. De taille modeste, l'église est modifiée et agrandie dès le XIVème siècle, lorsque l'insécurité se fait de plus en plus grande. On construit, au chevet de la chapelle, une haute tour de défense, véritable donjon. Au même moment, la nef de l'église est allongée tout en renforçant les défenses extérieures de l'édifice.

On pénètre dans l'église par un portail ajouté au XVIème siècle. On trouve à l’intérieur un ensemble harmonieux laissant apercevoir les différentes étapes de construction. Les voûtes sur croisée d'ogives se mêlent aux arcs en plein cintre. Le roman et le gothique cohabitent en harmonie. Le chœur est sobrement encadré par deux chapiteaux romans qui reposent sur des colonnes.

 

>  A BAS LA PESTE !

Le village de Marols, comme beaucoup d'autres, a particulièrement souffert des épidémies de peste. Encore aujourd'hui, deux monuments témoignent de ce fléau : la chapelle Saint-Roch et la Croix des Argnats.

 

La Chapelle Saint-Roch

Saint-Roch est le saint guérisseur de la peste ainsi que de nombreuses maladies touchant hommes et animaux. La plupart des chapelles dans le Forez portant ce nom ont été construite en remerciement, au moment où la peste disparaissait pour de bon dans la région, c’est-à-dire au milieu du XVIIème siècle. 

La croix des Argnats

Lorsque les gens étaient atteints de maladie telles que la peste, ils venaient toucher cette croix en espérant guérir.  Cette croix a la particularité de présenter plusieurs petites sphères représentant les ganglions des malades. Le mot « aragnat » vient du patois local, il signifie « furoncles ».