Le musée de la Fourme

Visite guidée à Sauvain

La Fourme de Montbrison est indissociable de son terroir ! Le musée de la Fourme, avec ses expositions et ses reconstitutions, offre une découverte documentée de l’histoire et des coutumes du pays forézien...

C'est une immersion dans la vie traditionnelle des Monts du Forez que vous propose l'Office de Tourisme Loire Forez en parcourant les expositions de ce musée associatif.

En savoir plus...


Agenda

Les mardis à 16h

Vacances d'hiver

7, 14, 21 et 28 février

 

Vacances de printemps

4, 11, 18 et 25 avril

Vacances d'été

11, 18 et 25 juillet

1, 8, 22 et 29 août


Vacances d'automne

24 et 31 octobre



Infos pratiques

Tarif plein 4,50€, tarif réduit 4€, tarif privilège 3,50€, gratuit moins de 12 ans 

PASS Société fromagère de St-Bonnet-le-Courreau + Musée de la Fourme : Tarif plein 8,50€, tarif réduit 7€, tarif privilège 6€, gratuit moins de 12 ans .

 

Rendez-vous : Musée, Bourg de Sauvain (à côté de l'église)

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE



A la découverte des origines de la Fourme de Montbrison

Le village de Sauvain est célèbre pour la fabrication de la Fourme de Montbrison depuis des siècles. Mais il y avait aussi bien d’autres traditions qui ont disparu essentiellement lors de la seconde Guerre Mondiale.

Un groupe de bénévoles a créé, en 1968, un musée de la Fourme et des traditions des Monts du Forez. On trouvait le musée, jusqu’en 2003, dans l’ancienne écurie de la maison de Louis Lépine. De nos jours il est installé dans une ancienne ferme de commerce, rénovée à cet effet.

> LA SALLE COMMUNE

Musée de la Fourme et des traditions

Cette salle restitue le type d'habitat que l'on pouvait trouver en montagne : une pièce unique pour avec une grande table qui rassemblait de nombreuses personnes et des lits-clos...

Comme dans chaque maison on trouve aussi au musée la cheminée et le four à pain, indispensables à cette époque. Grâce à ces aménagements vous pourrez mieux comprendre la vie quotidienne à la ferme ainsi que celle du village.

> LA JASSERIE

Jasserie - Musée de la Fourme

Les bénévoles du Musée de la Fourme ont reconstitué l'espace et le fonctionnement d'une jasserie. Chaque espace est représenté : l'étable, la logette et la cave.

Au printemps, les fermiers des villages faisaient monter les vaches sur les Hautes Chaumes où elles pouvaient profiter d’une herbe plus abondante et plus grasse. Elles étaient gardées tout l’été sur les plateaux, par les femmes, qui transformaient le lait en fromage sur place, à défaut de pouvoir conserver le lait. C'est la création de la célèbre fourme dont l'histoire commence au cœur des jasseries.

 

Du XVIIème siècle au XIXème siècle, les fourmes ne sont pas encore appelées « Fourme de Montbrison », mais « Fromages de Roche », en référence au nom du village où elles étaient vendues ou troquées. Les fromages étaient revendus sur les marchés les plus proches des villes telles que Montbrison et Ambert. C’est ainsi que le Fromage de Roche est devenu «la « Fourme de Montbrison ou d’Ambert ».

> LA SABOTERIE

Musée de la Fourme

On ne fabriquait pas seulement de la fourme mais aussi des sabots pour toute la famille, et que l’on vendait également. Pour une paire de sabot il fallait compter 2 heures de travail, puis on les faisait sécher. Il existait différents types de sabots, par exemple des sabots cloutés pour l’hiver, des sabots couverts pour les gros travaux…

> SAUVAIN, TERRE DE MYRTILLES

Les baies de la région ont de nombreuses vertus telles que l’amélioration de la vision, elles favorisent aussi le transit… Elles étaient donc très prisées et ramassées au peigne. Aujourd’hui le ramassage des myrtilles se pratique toujours, pour le plus grand bonheur des gourmets. Tous les ans à lieu, à Sauvain, une grande fête célébrant les airelles et les myrtilles. Elle est célébrée le 15 août. 

> MARÉCHAL FERRANT & CHARON

Musée de la Fourme et des traditions

Le musée a pu accueillir cette exposition grâce, à une famille roannaise qui a fait don de sa forge et de ses outils. L'exposition présente deux métiers : le charron et celui le maréchal-ferrant.

Le charron fabrique des roues et des charrettes en bois pour les déplacements de tous les jours, mais pas que…

Le maréchal-ferrant était indispensable à l’origine, du fait que les chevaux et les bœufs étaient très sollicités pour différents travaux.  Grâce à la chaleur de la forge, et à la force de ses bras, il donne forme à des fers adaptés aux chevaux ou aux bœufs.

> LES SCIEURS DE LONG

Les scieurs de long

Tous les ans, après la période des travaux agricoles, les « scieurs de long » quittaient le Forez en direction de différentes provinces : Anjou, Bresse, Bourgogne, Bretagne, Vendée, Italie ou Espagne.

Les Foréziens « allaient à la scie » dans des régions dépourvues de relief, là où les scieries alimentées par la force de l’eau ne pouvaient pas fonctionner, en raison de l’absence de pente.

Ils proposaient aussi leurs services en tant que laboureurs, vignerons ou selliers. Cette activité leur permettait de compléter leurs revenus, au même titre que la saboterie ou d’autres activités artisanales, lors de la période hivernale.

> CHANVRE, BOIS & ATTELAGES

Le chanvre était cultivé dans la région jusqu’en 1850. On l’utilisait pour confectionner des vêtements et des cordes, entre autres.

En ce qui concerne le bois, la végétation est très variée grâce au grand étalement de l’altitude, par conséquent différentes essences de bois sont utilisées dans l’industrie et l’artisanat.

Les attelages étaient tractés par un cheval ou un bœuf, ils étaient employés pour une utilisation spécifique (transport du bois, des foins…)

> LOUIS LEPINE 

Louis Lépine - Musée de la Fourme

Connu pour avoir créé le concours Lépine qui récompensait des inventions, ce personnage important de la région, a été préfet de police de Montbrison. Il a épousé Marie Dulac, riche héritière de la région et est alors devenu propriétaire du château, et de la porte fortifiée de Sauvain. Il a laissé un souvenir impérissable au sauvagnards...