Sauvain

Village en Loire Forez

Visite guidée à Sauvain

Votre guide vous invite à franchir la porte fortifiée de l’ancienne seigneurie en imaginant la présence de l’enceinte médiévale. Ensemble, vous irez à la découverte de l’église ainsi que de l’architecture rurale locale, témoin de la vie des Monts du Forez. Saviez-vous que Louis Lépine, connu pour son concours, a également résidé ici dans le château hérité de son épouse Marie Dulac ? 


Agenda

Les jeudis à 16h30

> Débutez à 14h30 avec la visite de Roche.

Vacances de printemps

27 avril

Vacances d'été

3 & 31 août



Infos pratiques

Tarif plein 5€, tarif réduit 4,50€, tarif privilège 4€, gratuit moins de 12 ans 

 

Rendez-vous : devant le Musée de la Fourme

 

DÉPART ASSURÉ


VISITES EN GROUPES

Vous êtes une association, une école, une entreprise, un groupe d'amis... et vous souhaitez organiser une visite ?

 

Une offre spécifique est réservée aux groupes (à partir de 10 pers.)*

 

> EFFECTUEZ UNE DEMANDE

*Tarifs sur devis


Aux portes des Hautes Chaumes

Sauvain est une commune de montagne située au cœur des Monts du Forez, à 890 mètres d’altitude. Elle est marquée par la présence d’un habitat caractéristique des Monts du Forez, et s’étend sur un espace riche de paysages remarquables et préservés comme les plateaux d’altitude des Hautes-Chaumes et la Vallée de Chorsin.

Sauvain est d'abord la seigneurie acquise par Hugues de Couzan, qui possédait alors également la baronnie de Couzan et le château de Chalain d’Uzore. A la fin du XIVème siècle, une enceinte aurait été érigée autour du village, située sur un roc qui domine la vallée du Lignon, afin d’affronter d’éventuelles invasions.

Au XIXème siècle, un illustre personnage prend possession du Château de Sauvain. Il s'agit de Louis Lépine.

En 1968, on aménage, dans les communs du château de la famille Lépine, le « Musée du Sabot », qui est ensuite installé dans une ancienne ferme et porte aujourd’hui le nom du « Musée de la Fourme et des traditions ».

> LE MUSÉE DE LA FOURME ET DES TRADITIONS

Musée de la Fourme

Animé par l’association créée en 1968, le musée compte un peu plus d’une dizaine d’espaces présentant les traditions locales et richesses des Monts du Forez : la montagne pastorale, la fabrication de la Fourme de Montbrison, la récolte de la Gentiane et de la myrtille, le seigle des « semailles au pain noir », le chanvre et la laine, les « scieurs de long », la saboterie, les arbres foréziens et la forge. 

Les membres de l’association ont également aménagé deux sentiers : le Vallon de Subertha, la Vallée de Chorsin, un autre sentier sur la thématique des fromages et de l’élevage laitier ainsi qu’un circuit autour du bourg. 

> L'ÉGLISE NOTRE-DAME

Eglise de Sauvain

L’église a été édifiée sur l’emplacement de l’ancienne chapelle du « Fort de Sauvain » sous le vocable de Notre-Dame.

Au XIIIème siècle, alors que le seigneur de Sauvain rend visite à son beau-père, le seigneur de Couzan, il est attaqué par des brigands. Il fait alors le vœu, s’il leur échappe, de faire ériger une église sur les vestiges de son château. Sauvé, il tient sa promesse. Il fait alors agrandir la chapelle du fort, tout en conservant le style roman. Elle devient Notre-Dame de la Délivrance.

Au XVIème siècle, dans un contexte de frénésie et de rivalité entre les seigneurs et le clergé pour la réhabilitation des édifices religieux, l’église de Sauvain est remaniée. Une salle carrée prolongée par une nef dans un style gothique remplace les parties du XIIIème siècle ; le chœur et l’abside sont conservés.

Entre la fin du XVIIème et le début du XVIIIème siècle, la nef est agrandie côté ouest, prolongeant ainsi le chœur.

Son clocher et sa tour attenante, haut d’un peu plus de vingt mètres, a été bâti dans un style « gothique forézien » et domine le village et lui confère une silhouette particulière et originale, reconnaissable depuis les alentours de Sauvain.

> LA FONTAINE AUX CINQ MEULES

La fontaine aux 5 meules

La fontaine aux cinq meules a été construite en 1968 à l’initiative du chanoine Elysée Tarit, avec l'aide des habitants du village.

Passionné de littérature et à l’origine d’ouvrages tels que des poèmes, des romans, des contes, il a également écrit à propos de ce projet qui l’a animé durant une année.

Les meules qu’il a utilisées provenaient  d’anciens moulins abandonnés le long des rivières de Sauvain. Il raconte que, au cours de ses réflexions spirituelles, assis au bord de l’eau, il aurait été un jour illuminé par la grâce de Dieu, et aurait alors décidé de rassembler à nouveau des meules abandonnées et l’eau. En effet, selon lui, ces meules jadis actionnées par la force de l’eau pour la fabrication de l’huile, de la farine, du « vin de pommes » et du textile, devaient être remises à l’honneur, ainsi que le métier de ces meuniers si courageux ! Cette fontaine a été inaugurée en 1969.