Saint-Marcellin-en-Forez

Village en Loire Forez

Visite guidée

Connaissez-vous les secrets de cet ancien bourg castral ? Vous serez étonnés par les nombreux vestiges des remparts encore visibles. L’église, marquée par l’architecture romane et gothique, vous dévoile ses jeux de couleurs intérieurs. Vous pénétrerez dans la cour d’un ancien hôtel particulier Renaissance avant de rejoindre la chapelle Sainte-Catherine. Puis, vous rejoindrez la Maison de l’Armorial afin de connaître l’histoire du Forez sous le règne des Ducs de Bourbons. 

En savoir plus...


Agenda

Les jeudis à 14h30

Vacances de printemps

20 avril

Vacances d'été

27 juillet

24 août



Infos pratiques

Tarif plein 5€, tarif réduit 4,50€, tarif privilège 4€, gratuit moins de 12 ans 

 

Rendez-vous : devant la mairie

 

DÉPART ASSURÉ


VISITES EN GROUPES

Vous êtes une association, une école, une entreprise, un groupe d'amis... et vous souhaitez organiser une visite ?

 

Une offre spécifique est réservée aux groupes (à partir de 10 pers.)*

 

> EFFECTUEZ UNE DEMANDE

*Tarifs sur devis


Entre les murailles de St-Marcellin

Le village est mentionné pour la première fois en 1214 et s’installe à cet endroit par souci de commodité, plus que pour une raison défensive.

En effet Saint-Marcellin se situe alors sur l'itinéraire du Grand Chemin de Forez, l'ancienne voie de communication entre Bourgogne et Velay, et près de Saint-Rambert où l’emplacement d’un pont permettait de franchir la Loire; les ponts sont rares à cette époque. Il s’agit donc d’un « carrefour » : où on lève les impôts des voyageurs.

La ville s’organise donc d’abord autour d’une paroisse mentionnée pour la première fois en 1214 avec l’église comme centre.

Comme beaucoup de villes médiévales, Saint-Marcellin possède deux murs d'enceinte. La ville a été fortifiée tardivement et utilisée par les Comtes de Forez pour ses fonctions administrative et militaire.

> LA MAISON DE L'ARMORIAL

Maison de l'armorial

Cette maison thématique a été aménagée au cœur de l’ancien bourg castral, dans l’ancienne demeure des capitaines-châtelains.

En effet, l’habitation adossée à l’enceinte du bourg primitif a été occupée au XIVème siècle par Falcon de Bouthéon, l’un des capitaine-châtelains nommés traditionnellement par les Comtes de Forez et Ducs de Bourbon. 

Réaménagée au XVIème siècle, elle se compose alors de deux corps de logis articulés autour d’une cour fermée.

Aujourd'hui, au rez-de-chaussée est aménagé un espace interactif consacré à l’Armorial de Guillaume Revel. Il permet de découvrir le patrimoine castral forézien et l’organisation politique du Comté de Forez au XVème siècle. 

> L'ÉGLISE 

Saint-Marcellin-en-Forez
Saint-Marcellin-en-Forez

L'église de Saint-Marcellin est citée pour la première fois en 984 parmi les possessions de l'Eglise de Lyon. Elle constitue l’une des plus anciennes paroisses du Forez. 

Cette église a été le point de fixation du bourg, autrement dit le point central autour duquel se sont peu à peu construites les habitations et les fortifications.

L’édifice actuel ne remonte pas au Xème mais au XIIème siècle pour les parties les plus anciennes.

Elle a été bâtie à partir d’une nef unique, complétée par des chapelles latérales tardives, et prolongée par une abside circulaire à l’est.

L’architecture harmonieuse résulte en fait d'aménagements successifs. La façade est romane depuis le sol jusqu'à la corniche de pierre qui court sous les ouvertures du clocher, ainsi que la nef. Le clocher actuel, coiffé d’une flèche du XIXème siècle, a probablement remplacé un simple clocher-mur qui était certainement similaire à celui de la chapelle Sainte-Catherine. Le chœur et l’abside, quant à eux ont été aménagés au XIXème siècle.

 

À l’intérieur, certaines chapelles, ainsi que leur vitraux et les stalles sont ornés de blasons représentant les familles qui ont financé leur construction ou réalisation; en échange de ce financement, elles réservaient une place de sépulture privilégiée, sous le sol de l’église.

Une statue représentant Saint-Marcellin, qui a donné son nom à ce bourg castral et à l'église, est conservée dans la nef. 

> LA CHAPELLE SAINTE-CATHERINE

Chapelle Sainte-Catherine - Saint-Marcellin-en-Forez

Facilement reconnaissable grâce à son « clocher-peigne », elle date du milieu du XIIème siècle et affiche un style roman. Elle se compose d’une nef unique terminée par une abside circulaire.

Son portail est surmonté de peintures du XVème siècle représentant en particulier Sainte-Catherine. Il  est aussi encadré par deux inscriptions funéraires renvoyant à sa fonction d’origine de chapelle de cimetière. En effet, elle était ainsi entourée du cimetière, et ce, jusqu’au au XIXème siècle.

Au XIVème siècle, la chapelle est pillée par les Anglais. Les habitants, par manque d’argent, l’ont reconstruite avec du pisé, ce qui fait d’elle aujourd’hui l’un des plus anciens monuments religieux de France bâtis en pisé.

Perdant de son importance au profit de l’église primitive, elle est réaménagée au XVIIIème siècle par le curé de l’époque et devient une sorte d’hospice pour les pauvres, puis une salle de spectacle au XIXème siècle. À la fin du XIXème siècle, menacée de destruction à cause d’un projet de construction d’école, elle est alors utilisée en tant que « halle » : le bouilleur de cru y entrepose son marc de raisin et son matériel. Laissée à l’abandon pendant une grande partie du XXème siècle, elle a été réhabilitée il y a quelques années pour accueillir la médiathèque de Saint-Marcellin-en-Forez.

> LES FORTIFICATIONS

Saint-Marcellin-en-Forez

Concernant Saint-Marcellin-en-Forez, on parle d’un bourg castral, en référence au terme latin « castrum » qui signifie « place forte »,rappelant ainsi la présence de ses fortifications.

La construction d’une première enceinte a été identifiée au début du XIIIème siècle. Elle protégeait l’église ainsi que de riches habitations médiévales.

La seconde enceinte a été érigée entre la fin du XIVème et le début du XVème siècle autour du même bourg s’étant agrandi depuis le XIIIème siècle. Les vestiges de ces fortifications sont encore très importants aujourd'hui avec près de 80% des remparts encore en élévation. Si certaines parties sont cachées par des habitations, la politique de la ville est de valoriser l'ensemble de ce patrimoine. Ainsi, en se baladant dans le bourg, on trouve régulièrement des petits jardins au pied de remparts et de tours percés d'anciennes meurtrières.